Allaitement ou biberon : le match.

20 Juin

Quand bébé vient au monde, on ne sait pas vraiment de quelle façon le nourrir. Entre l’allaitement ou le biberon, les avis sont partagés et les débats sont vifs. Certains prétendent que l’allaitement est bien meilleur pour bébé et que le biberon contient des risques. Alors lequel choisir et pourquoi ?

Allaitement : nutrition, complicité & économie.

En France aujourd’hui, la moitié des mères choisissent l’allaitement comme option pour nourrir leur enfant. Cette façon de nourrir son enfant détient plusieurs aspects très positifs.

Tout d’abord, le lait maternel est très bien adapté aux besoins du bébé. Il contient des éléments nutritifs indispensables à la croissance de bébé : fer, vitamines, protéines…Il contient des anticorps qui limitent les infections et les problèmes intestinaux (moins de diarrhées). En termes d’allergies (Eczéma, asthme) l’allaitement diminuerait grandement les risques notamment chez les familles dont plusieurs membres sont déjà allergiques.

Source : Flickr – Peggy Godreuil

De plus, pas besoin d’élargir son budget par l’achat de lait de substitution : le lait maternel est toujours disponible en quantité et qualité suffisante et cela, n’importe où. L’obésité est un fléau qui touche de plus en plus les enfants et le lait maternel aurait un effet préventif contre ça. De même, la mort subite du nourrisson est un drame qui arrive à environ un bébé sur mille, et l’allaitement au sein diminuerait le nombre de décès. Enfin, et surtout, l’allaitement est un instant de partage et de complicité entre la mère et l’enfant. Une façon de prolonger les échanges qu’il y a eut pendant neuf mois, et de renforcer les liens affectifs.

Pour la maman, l’avantage réside dans la facilité de la perte de poids. Car allaiter permet de puiser dans les graisses accumulées durant la grossesse. Cela permettrait aussi de réduire les risques de cancers (seins, utérus, ovaire). Aussi, donner le sein ne serait-ce que quelques jours, provoquerait la libération d’ocytocine, hormones provoquant joie et relaxation.

Malgré les côtés positifs, donner le sein n’est pas un acte si facile. La fatigue et les pleurs peuvent conduire à l’épuisement de la maman. Elle préfèrera laisser tomber au profit du biberon, de l’implication du père et de quelques heures de sommeil en plus. Physiquement, l’allaitement au sein peut entrainer des douleurs (abcès, crevasses). L’angoisse provoquée par l’allaitement au sein peut en influencer son procédé car le stress diminue les ocytocines, hormone responsable de la production de lait. Certaines mamans ne sont pas prêtes ou tout simplement pas capables d’allaiter leur enfant. Rassurez vous, mieux vaut renoncer au risque de se forcer et de conduire l’expérience à l’échec.

Biberon : alternative, implication & préservation

Le biberon pour nourrir le bébé est donc choisi par la moitié des mamans. Source de crainte quant à sa composition, le lait de substitution est pourtant soumis à de stricts contrôles. Des compléments en vitamines sont parfois nécessaires pour combler bébé et lui permettre une bonne croissance.

 Choisir le lait infantile n’est pas toujours chose facile pour les parents, et peut entrainer une certaine angoisse. La crainte de ne pas choisir ce qu’il faut alors que le lait maternel, il n’y a qu’un choix. Ne craignez rien : cherchez les conseils, suivez votre instinct et surtout, observez les réactions de votre bébé. Certaines allergies peuvent se manifester (soja, lactose…). Sachez que le lait en biberon est tout aussi nourrissant que le lait maternel, il contient tout ce dont bébé a besoin.

Pour certaines femmes, le biberon sonne comme une évidence. L’allaitement peut représenter un procédé contraire à des valeurs ou des habitudes. Elles peuvent aussi ressentir du dégoût face à ce geste qui peut parfois intervenir dans des situations incongrues (train, supermarché, restaurant). Car quand bébé à faim, il faut lui donner le sein de suite. Même chose pour un biberon, à la différence que cela est plus pratique. Un outil adapté pour celles qui sont pudiques ou soucieuses de choquer autrui.

Source : Flickr – Fando Fajndez – Biberon

Question organisation, le biberon devance le sein ! Il permet en effet d’impliquer autant les deux parents et ainsi, mieux répartir la fatigue. La maman n’est plus obligée de se lever seule pendant la nuit pour nourrir son bébé, il y a le biberon donc papa n’a plus d’excuse pour faire semblant de ronfler ! Aussi, il est tout à fait possible de laisser bébé quelques heures en garde chez des proches tant que les biberons sont prêts !

La crainte de douleurs ou de déformations des seins est également une des raisons pour laquelle le biberon est préféré au sein. L’anatomie est ainsi préservée et ‘on a recours à tout le matériel nécessaire pour nourrir bébé : biberon x 10, goupillon, chauffe-biberon.

En bref

Dans certain cas, l’un ou l’autre s’impose en fonction de l’enfant. Il peut arriver qu’il soit allergique au lait de vache ou qu’il refuse catégoriquement le sein ou le biberon. Dans ce cas, faites en fonction de lui, au moins dans les premiers temps.

N’oubliez pas que l’allaitement ou le biberon est un choix. L’un ou l’autre ne vous condamnera pas en mauvaise mère pour autant. C’est vous, en tant que mère, qui devez choisir l’option qui vous semble la plus adapté à vos valeurs, vos envies, vos possibilités et celles du bébé. Un choix personnel qui n’appartient qu’à vous. N’écoutez pas ce que disent les autres puisque à chacune sa grossesse, son éducation et sa façon de voir la vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :