Archive | juillet, 2012

La mort subite du nourrisson

31 Juil

Phénomène inquiétant et première cause de mort chez les nouveau-nés dans les pays développés, la mort subite du nourrisson (MSN) reste un mystère pour le monde médical.

La MSN est définie comme étant la mort inattendue et brutale d’un bébé en bonne santé, entre 1 mois et 12 mois, durant son sommeil. Sans bruit ni cri, l’enfant s’éteint alors même que ses parents l’avaient couché quelques heures plus tôt.

La plupart du temps, la peau du nourrisson deviendrait blanche alors que ses lèvres et ses yeux deviendraient bleus violets.

Même si la plupart des cas de mort subite du nourrisson ont été détecté dans le lit du bébé, le décès peut survenir n’importe où et n’importe quand.

dormir-bebe-sur-le-dos

Source : Google Images

Elle fait jusqu’à 400 victimes chaque année en France, sans que les professionnels du secteur ne puisse clairement établir la cause. Un décès qui entraine culpabilité et tristesse infinie pour les parents qui demeurent sans explication véritable. Néanmoins, certains facteurs seraient peut être à l’origine de ce drame.

Suffocation, température et environnement…

  • La prématurité : un bébé prématuré serait plus exposé au risque qu’un bébé né à terme
  • Age : entre 2 et 6 mois, le risque est très élevé. Jusqu’à 1 an, ce risque reste élevé. Et jusqu’aux 14 ans de l’enfant, un tel décès peut arriver.
  • Sexe masculin : les bébés garçons ont 2 fois plus de risque de s’exposer à la MSN
  • Faible poids : un bébé dont le poids est faible semblerait plus à risque
  • Pathologies : Rhume, infections, virus respiratoires, malformations passées inaperçues peuvent entraîner une mort subite
  • Traitements : certains médicaments ou sirops ne sont pas toujours adaptés à bébé même s’ils le soignent
  • Suffocation : Présence d’oreiller, couette et nombre important de doudous : cela peut entraîner un étouffement de l’enfant
  • Mauvaise position de sommeil : bébé doit dormir sur le dos, et il faut éviter de mettre bébé dans un lit partagé
  • Température : la chambre ne doit pas excéder 20 degrés et la température corporelle ne doit pas être inférieure à 35 degrés.
  • Environnement : tabagisme passif, pendant la grossesse où après, entraîne un risque important de MSN
  • L’allaitement limiterait l’exposition des bébés au risque de mort subite
tabagisme-passif

Source : Google Images

Attention tout de même, ces facteurs ne sont que des suggestions faites d’après plusieurs cas et analyses. En aucun cas le fait de ne pas allaiter entraînera par exemple une MSN. Il faut prendre ces facteurs avec recul et chaque cas est unique. Rien ne prouve totalement que ces facteurs aient pu entraîner une mort subite du nourrisson.

.

.

Comment prévenir le risque & éviter d’envenimer ?

Par des gestes simples, vous pourrez prévenir le risque de mort subite du nourrisson : vérifiez qu’il dorme bien sur le dos, son visage dégagé, enveloppé d’une gigoteuse et sans couverture, avec une bonne température de la chambre.

Afin de prévenir tout risque de MSN, pensez à surveiller le moindre signe troublant chez l’enfant : une mauvaise respiration, la couleur de la peau qui change, des rejets trop fréquents, des rhumes trop fréquents et mal soignés, des malaises, des problèmes thermiques (sueurs, froideur..), des changements de comportement… Malgré cela, dans 30% des cas, les MSN arrivent alors même qu’il n’y a eu aucun signe avant coureur.

Optez impérativement pour une bonne literie, car de nombreux cas de MSN ont eu lieu dans le lit du bébé : un matelas ferme sera idéal, et vous pouvez également choisir un matelas qui soit incliné afin de faciliter la respiration.

Si vous vous sentez inquiets et perturbés, munissez vous de Baby-Phone ou d’appareil de surveillance afin d’être alerté du moindre problème chez l’enfant. Vous pouvez également lui rendre visite régulièrement pour vérifier que tout soit normal.

Afin de ne pas envenimer la situation si vous découvrez votre bébé pâle et inerte, voici quelques précieux conseils. Ne faites aucun gestes brusques ou maladroitement tels que le secouer, cela risquerait d’être pire. Aussi, tentez le bouche-à-bouche ou le massage cardiaque car l’arrêt a pu se faire quelques secondes seulement avant la découverte. Une formation de premiers secours peut être importante à suivre.

Un drame inexplicable…

Malgré certaines causes qui pourraient être à l’origine de ce drame, la mort subite des nourrissons reste un mystère pour les médecins comme les parents. Les conseils donnés peuvent parfois éviter d’affronter le décès de son enfant, mais sachez que ce phénomène reste le plus souvent inexplicable. Les parents ne peuvent s’empêcher de culpabiliser et le deuil d’un enfant reste parfois insurmontable.

Comprendre les pleurs de bébé

27 Juil

Quand bébé pleure, on est parfois désemparés ! Le bercer, lui donner de l’eau, le faire jouer, le changer, le coucher…Toutes les tentatives échouent parfois pour calmer bébé. A  chaque moment clés, les pleurs n’auront pas la même intonation. Pour lui, il s’agit d’un véritable moyen de communication puisque pour le moment, il ne parle pas. Il n’a donc que ses pleurs pour se faire comprendre par son entourage.

Source : Flickr – Set’ – « Les pleurs »

Bébé ne pleure pas pour rien

Lorsque bébé pousse des cris et pleure, il y a toujours une bonne raison. Arrive un âge ou cela peut être considéré comme des caprices mais en attendant, il pleure rarement pour rien.

Il peut avoir faim et celle-ci est la première cause de pleurs chez un bébé. Lorsqu’il est nouveau né, sa faim se manifeste toutes les trois heures environs. Il faut donc répondre à son appel et ne pas le priver. Certains parents souhaitent mieux réguler sa faim et ses pleurs et le laissent donc pleurer. Mauvaise idée en raison de son âge et de sa faim. Il faut nourrir un bébé qui a faim, même si cela est très fréquent. Ce peut être épuisant, pour lui comme pour vous, mais c’est ainsi.

Selon la température, bébé saura montrer rapidement s’il est à l’aise ou non. Trop chaud ou trop froid, il suffira de lui toucher les mains, les pieds ou le cou pour comprendre rapidement comment il se sent. Vous pouvez ensuite ajouter ou retirer une couche de vêtement, et lui donner à boire. Chaud ou froid, une boisson à la température adaptée donnera à bébé un meilleur confort.

Si sa couche est sale, vous le saurez bien vite ! Bébé pleure souvent pour cette raison car il supporte difficilement la sensation d’humidité liée à la couche sale. Observez la couche et changez bébé si besoin. En quelques minutes, il aura retrouvé tout son confort et cessera de pleurer.

Quand bébé est petit, il a besoin de sommeil. Il dort jusqu’à 14 heures par jour et est bien loin des 8 heures de sommeil des adultes ! De plus, il ne dort pas uniquement la nuit mais bien tout au long de la journée, dès qu’il en a besoin. C’est fatiguant d’être un bébé, et lorsqu’il veut dormir, l’environnement ne s’y prête pas toujours. Magasins, voiture, foule, musique…Autant de raisons qui empêcheront bébé de dormir paisiblement. C’est pourquoi s’il n’y arrive pas, il va se mettre à pleurer pour montrer son mécontentement. Pour éviter cela, soyez réactive aux premiers signes de fatigue : bâillement, frottement des yeux et évitez de sortir aux heures où bébé veut dormir.

Source : Planetsante.ch

Il est stressé. Pour un tout petit, l’environnement côtoyé tout au long de la journée peut être une véritable source de stress. Le soir, peu avant l’heure du coucher, il se met alors à pleurer pour exprimer son mal être. S’il pleure à ce moment là, cela peut être pour d’autres raisons : ressenti des parents, peur du noir…Il ressent aussi votre mal-être alors faites attention.

Il est malade. Il peut avoir mal au ventre, notamment des coliques. Assez fréquente chez les bébés, les coliques sont le résultat d’une mauvaise digestion du lactose par l’estomac de bébé. Vous reconnaîtrez bien vite s’il s’agit de coliques ou de pleurs pour d’autres raisons. Il se tord, devient rouge et émet quelques gaz. Il peut aussi avoir mal autre part et là, à vous de trouver où ! Prenez sa température, observez son corps afin d’y voir un signe de douleur. Ne laissez pas traîner si bébé pleure souvent. Consultez un pédiatre afin de limiter l’évolution de gastro-entérite, rhino-pharyngite, etc…

Il veut de l’attention et s’ennuie. Il arrive que certains bébés aient plus besoin d’être pris dans les bras que d’autres. Le contact avec quelqu’un est un besoin vital pour bébé et il ne faut pas hésiter à y répondre. La présence de leurs parents ou d’un proche pourra rapidement les soulager. Aussi,

Le calmer…

Pour calmer bébé, il faut d’abord avoir pu distinguer le message qu’il voulait vous faire passer.

  • Donnez-lui le biberon
  • Donnez-lui de l’eau
  • Changer-lui sa couche
  • Bercez-le
  • Prenez-le dans vos bras
  • Donnez-lui un médicament
  • Massez-le
  • Donnez-lui quelque chose à téter
  • Faites lui sentir une odeur familière et rassurante

Pour calmer bébé, certains parents n’hésitent pas à s’aider de leur animal de compagnie, comme dans cette vidéo ! Mais attention, il faut avoir une confiance énorme car la cohabitation entre les animaux et bébé n’est pas toujours très bonne.

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

 Soyez attentifs au moindre signe de ce qui ne va pas, et réagissez en fonction.

Si vous craignez de ne pas faire face, sachez que cela est normal. Les premières semaines avec bébé sont parfois déroutantes mais les gestes viendront naturellement.

Si vous vous sentez désemparés, faites appel à un pédiatre, une puéricultrice ou allez dans une PMI.

Les premiers mois avec bébé sont souvent éprouvants et il ne faut pas hésiter à déléguer ou à faire appel à des professionnels. Vous avez aussi le droit de vous reposer, et malgré le bonheur, vous avez le droit de vous plaindre !

Tétine ou pouce ?

23 Juil

Dès les premiers mois de sa vie in-utero, bébé ressent le besoin de sucer son poing ou ses doigts. Lorsqu’il vient au monde, ce réflexe de succion ne le quitte pas et sucer le sein de sa mère est un geste totalement naturel. Quand il ne s’agit pas de se nourrir, bébé ressent malgré tout l’envie de mettre quelque chose dans sa bouche, son pouce le plus souvent. Ce geste le rassure et lui permet de se sentir en sécurité, surtout quand maman n’est pas là.

Substitut du pouce, la tétine a fait son apparition dans la bouche des bébés depuis de nombreuses années maintenant.

Afin de prolonger ce geste naturel de succion, on peut se demander ce qui est le mieux pour bébé : la tétine ou le pouce ?

La tétine

La tétine pour bébé, populairement appelée « Sucette », « tototte », ou « teuteutte », présente des avantages et des inconvénients.

Dans un premier temps, des sucettes évolutives, adaptées à l’âge et à l’évolution de bébé, sont désormais disponibles sur le marché. Plus adaptée à bébé et surtout moins de risque de déformer sa dentition et son pouce. Certains professionnels diront malgré tout que celle-ci déforme la mâchoire de bébé.

Ensuite, la tétine est plus hygiénique car elle se lave beaucoup plus facilement. Les parents peuvent s’assurer qu’elle est propre lorsqu’ils la donne à bébé, contrairement au pouce.

Aussi, la tétine est un objet facile à cacher quand viendra le moment de sevrer bébé. Vous pourrez la jeter, la cacher et faire qu’il l’oublie peu à peu. Plus difficile à faire avec son propre pouce.

Source : Flickr – Nycot – « Tetine »

Néanmoins auprès des pédiatres, la tétine reste un sujet de discorde. Selon eux, la tétine ne permettrait pas un bon développement de l’enfant, notamment son langage. Il ne prend pas le réflexe de mettre des choses à sa bouche alors que la phase de découverte de son environnement passe aussi par là.

Il ne saura plus s’endormir sans et lorsqu’il se détendra, la tétine s’en ira. Les nuits seront donc troublées dès qu’il ne trouvera plus sa tétine alors qu’avec le pouce, il saura le remettre lui-même dans la bouche.

Il ne faut pas non plus que la tétine soit une échappatoire et un mauvais réflexe. Si dès que bébé ouvre la bouche ou grogne un peu, vous la lui mettez dans la bouche, cela n’est pas très conseillé. Il ne faut pas qu’il soit totalement dépendant de sa tétine sinon le sevrage sera difficile. Il faut le laisser gazouiller tranquillement, même s’il râle un peu, cela fait partie de son développement. La tétine, tout comme le doudou, doit être limitée aux phases d’endormissement où aux grosses colères.

Le pouce

L’avantage principal du pouce, c’est qu’il est toujours à porter de main ! Aucun risque de le perdre au moment où bébé en a le plus besoin. La nuit, il ne réveillera pas ses parents s’il a perdu son pouce puisqu’il saura le trouver tout seul. C’est d’ailleurs le signe d’un bon développement mental.

Néanmoins, le fait que le pouce fasse directement partie de l’anatomie de bébé ne facilite pas le sevrage. Il est difficile d’empêcher bébé de le porter à sa bouche ou de le cacher !

Aussi, l’utilisation du pouce de façon répétée provoquerait une altération de la dentition et de la mâchoire de bébé. Il faut donc veiller à ce que celui-ci n’en abuse pas.

Enfin, sucer son pouce n’est pas un geste très hygiénique étant donné que bébé commence à toucher à tout, à se déplacer. Il pose donc ses petites mains où il peut sans se soucier de savoir si elles sont propres quand il remet son pouce dans la bouche.

Source : Flickr – Chrisivad – « Pouce bébé »

Entre le pouce et la tétine, les avis divergent. Libre à vous de faire comme bon vous semble, vous connaissez votre bébé mieux que personne. Renseignez vous tout de même et prenez en compte les quelques conseils donnés ci-dessus.

Il s’agit d’un geste naturel qu’il est déconseillé d’empêcher, au moins durant les premiers mois ou les premières années de bébé. Puisqu’il s’agit de quelque chose qui le rassure, soyez indulgent. Dès lors qu’il grandit et qu’il va à l’école, commencez à éloigner peu à peu la prise du pouce ou de la tétine afin

Quel budget pour bébé ?

17 Juil

Source : dailyconso.com

Des couches, des bavoirs, des bodys, des petits pots, des jouets, des visites chez le pédiatre…autant de dépenses pour bébé qu’il va falloir comptabiliser afin de ne pas voir exploser votre budget…

A cette question, de nombreux parents et futurs parents attendent une réponse précise. Un chiffre que malheureusement personne n’est en mesure de donner car de multiples critères rentrent en compte dans le calcul du budget de bébé. D’une famille à l’autre, les pratiques – et donc le budget – ne sont pas les mêmes.

Dans un premier temps, tout dépend des revenus des parents. S’ils sont assez aisés, ils ne voudront pas forcément faire de budget car cela leur importera peu. Ils dépenseront sans compter parce que rien n’est trop beau pour bébé. A l’inverse, ceux qui auront des moyens limités feront attention à la moindre dépense et en feront une liste.

Ensuite, cela dépend des envies des parents, souvent relatives à leur budget. Ils peuvent vouloir acheter uniquement des produits et de l’équipement de grande marque pour leur bébé. Cela peut se comprendre car les objets ou vêtement ont un style particulier que l’on ne retrouve pas chez tout le monde. Néanmoins, le montant est nettement supérieur à un produit standard. Si en revanche ils souhaitent acheter des produits sans marque renommée, le budget sera de suite moins conséquent.

Puis, le budget global dépend aussi du mode d’achat des parents. Il y en a pour qui le marché de l’occasion est une véritable mine d’or. Un moyen incroyable de trouver toute sorte d’objet à des prix fous. A l’inverse, certains n’imaginent pas utiliser des affaires déjà portées et préfèrent avoir leur propre équipement.

Source : Victoria Hills

Pour avoir un aperçu des dépenses, sachez tout de même que pour bien grandir, bébé aura besoin d’un équipement précis, acheté ponctuellement ou de façon répétitive.

  • Le lit et les meubles de la chambre en général : table à langer, commode, fauteuil.
  • Déplacements : poussette (évolutive ou classique) et sièges autos.
  • Des habits : bodys, pyjamas, chaussettes, pantalon, robe, pull, sous-pull, chaussures…
  • Hygiène : baignoire spéciale et divers produits de toilette.
  • Nourriture : Si allaitement, budget réduit les premiers mois. Si biberon : pots de lait en poudre. Par la suite, des petits pots et plats spéciaux
  • Equipements : objets nécessaire à bébé (biberons, tétines, couches…)
  • Santé : rendez-vous médicaux, traitements, examens
  • Eveil : jeux, jouets, livres
  • Mode de garde : crèche, nourrice..

Si vous souhaitez économiser en équipant bébé, sachez que c’est possible grâce à de petites astuces !

Partir en vacances avec bébé…la destination !

13 Juil

Après avoir abordé les moyens de transports utilisables avec bébé, abordons, les destinations de vacances les plus adaptées pour vos bouts de chou et les réflexes à prendre !

Mer

La mer reste un paysage incroyable qu’on ne se lasse pas de regarder. Mais du haut de ses quelques semaines, bébé n’en profitera pas de la même manière. S’il ne tient pas encore assis, il ne pourra pas s’amuser avec le sable et ses pâtés. Mais attention, la plage nécessite une forte protection, surtout pour les tout-petits et les enfants. Chapeau, lunettes, sandales, vêtements et crème solaire à fort indice sont les indispensables pour une virée à la mer.

Source : Flickr – Isa_in_the_city

Montagne

Source : Flickr – © Julien Girard 2009 http://www.djulik.com

Le paysage de la montagne est aussi époustouflant et l’on y ressent une certaine sérénité. Néanmoins en altitude, l’air devient peu à peu difficilement supportable, surtout pour un petit. Les changements brutaux d’altitude peuvent entrainer une otite appelée « otite des montagnes ».

Pour les protections, même chose que la mer : chapeau, lunettes, vêtements et crème solaire ! On s’en rend parfois moins compte mais le soleil est tout aussi dangereux. Surtout en hiver lorsque la neige est présente, le soleil y réfléchit et les rayons envoyés sur la peau sont d’autant plus violents.

Campagne

La campagne rime souvent avec calme. Un lieu agréable, en pleine nature qui permet de se ressourcer. Du repos, des activités tranquilles comme des balades à pied ou à vélo, des pique-nique…Un environnement intéressant pour bébé qui lui permettra de découvrir la nature et ses bienfaits. Un bon moyen de couper avec la vie citadine que mènent chaque jour parents et enfants.

Source : Flickr – louis-Marie Leiber

A l’étranger

Des vacances à l’étranger avec un nourrisson n’est pas sans risque. Etant donné qu’il est petit, il est plus vulnérable aux attaques extérieures notamment les microbes et les infections. Si vous souhaitez partir en randonnée dans un pays étranger, préférez peut-être le duo plutôt que bébé en votre compagnie. Si vous souhaitez profiter uniquement de la mer et de l’hôtel, est-ce nécessaire de traverser autant de kilomètres si cela existe déjà en France ? Si malgré tout vous souhaitez partir avec bébé, voici quelques conseils.

Peu de temps avant le départ, consultez le médecin pour réaliser les vaccins nécessaire à la destination. Sur place, prévoyez la moustiquaire ainsi que la trousse de secours afin de limiter au maximum les bobos de bébé.

Dans tous les cas, sachez que tant que bébé reste petit, il vaut mieux privilégier les destinations avec moins de risque comme l’Europe, les Etats-Unis ou le Canada. L’exotisme c’est sympa, mais pour le confort de bébé ce n’est pas ce qu’il y a de mieux ! Mieux vaut donc éviter les pays dans lesquels les conditions sanitaires ne sont pas idéales pour votre petit.

Pour une destination idéale avec bébé, tout dépend de son âge, de vos expériences, de vos envies et votre budget. Libre aux parents de choisir la destination qu’ils souhaitent mais n’oubliez pas pour autant que le confort de bébé compte plus que tout !

Partir en vacances avec bébé…le trajet !

9 Juil

En ce début de période estivale, les départs en vacances sont de plus en plus nombreux. Sur les routes, le trafic est chargé et les messages de prévention à l’égard des conducteurs sont de rigueur.

Pour certaines familles désireuses d’aller chercher le soleil, la mer ou la montagne, les kilomètres se comptent par centaines. Fatiguant mais faisables pour les adultes, ces longs trajets restent néanmoins contraignants et éprouvants pour les bébés. Si vous ignorez comment vous organiser pour partir en vacances avec bébé, voici quelques conseils.

En voiture

Moyen privilégié des familles, la voiture est de plus en plus équipée et confortable. Elle permet aussi d’être totalement indépendant de pouvoir transporter toutes les affaires de bébé et se déplacer n’importe où pour visiter.

Pour être à l’aise, bébé voyagera dans un siège auto adapté à son âge et sa taille. Pensez à désactiver l’airbag car en cas d’accident, le risque d’étouffement et de choc est important.

Ayez à proximité de l’eau fraîche, du lait et de la nourriture. Selon son âge, les besoins ne seront pas les mêmes. Mais pour l’eau, qu’importe l’âge et le moment, il ne faut pas hésiter à lui donner à boire. Même s’il refuse de boire, n’hésitez pas à insister, c’est trop important.

Source : Getty Image

Afin de limiter la chaleur et l’accès au soleil, munissez-vous de pare-soleil sur les vitres autour de bébé. Il en existe de plus en plus avec des motifs à l’effigie des héros de dessin animés. Et si vous n’en avez pas, n’hésitez pas à accrocher un linge sur la vitre.

Arrêtez vous toutes les deux heures, autant pour le chauffeur que pour l’ensemble des passagers. Même si bébé dort, ne le laissez pas tout seul dans la voiture, et encore moins en plein soleil. Le risque de déshydrations est trop grand pour ne pas être vigilent. Un drame est trop vite arrivé. Prenez-le dans vos bras pour qu’il s’aère un peu et puisse bouger.

Enfin pour que le trajet passe plus vite, prévoyez des occupations. Si bébé est petit, il dormira la plupart du temps. Pour ceux qui seront un peu plus grands, il faudra savoir les occuper sous peine de devoir répondre cent fois à la question « Quand est-ce qu’on arrive ? » !

En train

Climatisés et accessible aux familles, le train reste un moyen de transport adapté pour les longs voyages. Tous les membres sont en forme puisque l’un d’eux n’a pas à conduire.

L’idéal sera de réserver un wagon pour la famille. Cela permettra d’être plus à l’aise et surtout de ne pas gêner les autres passagers. Car même si un bébé qui pleure reste quelque chose de naturel, le confort des passagers est tout aussi important.

Pour le billet, n’hésitez pas à choisir la carte Enfant+, qui vous permettra de bénéficier de tarifs avantageux. Bébé aura droit à une vraie place gratuitement et ses accompagnateurs auront des réductions de 25 à 50% du prix du billet.

Pour les bagages, l’inconvénient est qu’un enfant à besoin d’affaires. Souvent, les parents prennent beaucoup de choses au cas où mais il faut savoir limiter. La SNCF met en place un service qui transfère vos bagages d’un point de départ à un point d’arrivée, sans que vous n’ayez à les transporter vous-même. Un certain prix mais le confort avec bébé n’a pas de prix.

L’avion

Pour les destinations plus lointaines, le trajet en avion est plus appréciable. Déconseillé aux nouveau-nés, l’avion reste accessible au bébé ayant plus d’un mois. Pour les petits souffrant d’otites, il est préférable de réfléchir à un autre moyen de transport.

Source : Image Bank

Les temps d’attente au départ et à l’arrivée son assez longs. Il faut donc penser à les organiser. Si la poussette de bébé part en soute, prévoyez une écharpe pour le porter le temps d’être dans l’avion. Dans le cas où vous voyagez seule, faites en sorte de l’avoir avec vous dans l’avion, cela sera bien plus pratique !

Pensez à prévoir l’eau et la nourriture pour bébé. Le faire boire avant le décollage et à l’atterrissage lui permettra de déglutir et de ne pas avoir mal aux oreilles. S’il dort à ce moment là, réveillez le quand même car il doit déglutir. Il risque peut-être de prendre peur lors des secousses de l’avion alors pensez à le rassurer ou à l’occuper pour qu’il n’y fasse pas attention.

Prévoyez le sac à langer avec couches, lingettes et le nécessaire pour bébé. Les retards sont toujours possible et votre petit ne tiendra pas longtemps en mauvaise conditions. Préparez donc de quoi le changer pour qu’il soit plus à l’aise.

Pour le prix du billet, les compagnies aériennes prévoient une place gratuite pour les bébés âgés de moins de deux ans. L’embarquement se fait en priorité par rapport aux autres passagers ce qui permet de s’installer tranquillement. Un berceau de voyage est disponible sur demande préalable ou par attribution d’office, selon les compagnies.

Espérons qu’avec tous ces conseils, vous saurez anticiper le départ en vacance de bébé ! Dans tous les cas, le choix du moyen de transport dépend souvent de l’âge de bébé, de la destination, et le budget ! Passez de bonnes vacances !

Bébé & animaux : la cohabitation

2 Juil

Avant d’être parents, de nombreux couples passent par la case « animaux de compagnie ». Le chien et le chat sont les animaux domestiques les plus présents dans nos familles françaises. Mais quand bébé débarque dans la famille, il arrive que la cohabitation soit délicate. Tour d’horizon des comportements à adopter pour que bébé et vos animaux s’entendent à merveille !

Dans un premier temps, montrez à bébé et à l’animal que chacun mérite sa place dans la maison. Les rôles doivent être clairement définis afin qu’aucun des deux ne ressente de jalousie à l’égard de l’autre et n’engendre de mauvais comportements.

N’hésitez pas à faire renifler les vêtements du bébé à votre animal, il s’habituera ainsi à l’odeur de bébé et ne le considérera pas comme un étranger. Il apprivoisera en douceur la présence de bébé et cela évitera au mieux des comportements inappropriés.

Ensuite, ne laissez jamais l’animal et le bébé ensemble, sans surveillance. Même l’animal le plus gentil pourra avoir de vives réactions face à un geste maladroit du bébé. Mieux vaut être préventif et les éloigner, au moins le temps de votre absence.

Source : Flickr – Presidio of Monterey

Puis, interdisez à votre animal de se rendre dans la chambre de bébé. Il s’agit d’un territoire protégé qui ne doit pas être autorisé à l’animal. Sinon, il risque de prendre l’habitude d’y aller sans que vous ne puissiez le voir.

Expliquez à bébé qu’il ne faut pas embêter l’animal ni le toucher n’importe comment. Il faut absolument qu’il évite de tirer la queue, de le porter dans tous les sens, de lui tirer les oreilles ou bien encore de lui chatouiller la gueule. Pour éviter cela, montrer lui les caresses que votre animal préfère ou déteste afin d’être sûr que bébé ne tente pas de mauvais gestes. Préparez vous à le lui montrer plusieurs fois car bébé est petit et ne comprendra peut-être pas tout de suite ce qu’il faut faire.

Ne rejetez pas votre animal sous prétexte que bébé arrive dans votre maison. La relation avec un animal est en général très bénéfique pour l’enfant, tant que les règles de sécurité sont respectées. Certains chercheurs disent même que le comportement et la personnalité de l’enfant sont meilleurs en société lorsqu’il a vécu avec un animal. Câlins et jeux ne résument pas uniquement la relation entre l’animal et l’enfant. Il sera un très bon moyen pour aider l’enfant à se responsabiliser et à grandir. Puisqu’il s’agira d’un autre être que lui, il aura pour mission d’en prendre soin et de lui prodiguer quelques attentions : donner à manger, laver, brosser les dents (selon l’animal !)…Une façon de lui faire prendre conscience, en douceur, de l’importance de s’occuper d’un plus petit que soi.

Source : Flickr – Mikeslivovitz

Libre à vous d’imposer des règles de sécurité au sein de votre foyer. Et même si votre animal est le plus gentil du monde, n’oubliez pas qu’il reste animal et que des réactions imprévues et dangereuses peuvent avoir lieu. Soyez donc vigilent lorsque vous faites cohabiter bébé et votre animal de compagnie. Ainsi, tout se passera à merveille !