Archive | Dodo RSS feed for this section

Le cododo : on fonce ou pas ?

13 Mai

Souvent décrié, le cododo, (soit le fait de faire dormir son nouveau-né dans le lit maternel) fait son retour depuis peu dans les débats liés à la grossesse et sur les forums de discussion. Alors, y’a-t-il des risques à pratiquer ce mode de couchage ? Les idées reçues à son sujet sont-elles justifiées ?

cododo

Les avantages et les risques du cododo

Vous trouverez de nombreux sites internet et ouvrages qui vous donneront des conseils pour pratiquer le cododo, car ce mode de couchage revient au goût du jour. L’avantage principal qui est mis en avant est la proximité avec la mère qui favorise l’allaitement. En faisant dormir bébé dans votre lit, vous pourrez le nourrir très facilement dès qu’il vous sollicitera. De plus, certaines études montrent un lien entre cododo et diminution des angoisses du nourrisson. Enfin, le lien entre la diminution des risques d’accidents domestiques et le cododo a été démontré.

Côté risques, les opposants à cette pratique mettent en avant le risque d’accidents pour l’enfant, notamment le risque d’étouffement par un des parents, par les oreillers ou les éléments du lit. De plus, il existe un risque de chute du lit. Pour finir, le cododo serait un obstacle majeur à la reprise d’une vie intime au sein du couple et la transition vers le berceau de l’enfant peut s’avérer difficile.

Les effets du cododo à long terme

On ne connait pas précisément les effets à long terme de cette pratique et les avis divergent. Pour certains,ce mode de couchage entraîne un développement plus serein de l’enfant. Pour d’autres, cela crée des problèmes d’indépendance qui apparaîtraient dans l’enfance. Cependant, aucune étude n’est venue corroborer l’une ou l’autre de ces positions et celles qui ont été menées ne montrent pas de différence dans le comportement à l’âge adulte.

Si vous optez pour le cododo, quelques conseils pratiques sont à suivre

Maintenant que vous connaissez les différents arguments sur le cododo, vous pouvez faire le choix de le pratiquer ou non. Dans tous les cas, vous pouvez demander des conseils à votre pédiatre qui saura vous orienter en fonction de votre cas particulier.

Si vous souhaitez pratiquer le cododo avec votre enfant, quelques conseils pratiques sont à suivre pour préserver sa sécurité.

  • Le matelas ne doit pas être trop mou car cela favorise les risques d’étouffement. Evitez aussi les matelas d’eau.

  • Pour la même raison, évitez d’avoir de multiples coussins dans votre lit et n’en posez pas à côté de bébé ou sous lui.

  • Couvrez votre bébé d’une gigoteuse mais ne le mettez pas sous la couette pour éviter les étouffements et lui permettre de garder une température corporelle adéquate.

  • Faites attention aux risques de chute du lit, il existe des barrières spécialement adaptées.

Enfin, sachez qu’il existe des berceaux spécialement conçus pour le cododo et qui s’accrochent au lit conjugal.

Choisir son doudou

20 Fév

D’apparence triviale, le choix du doudou de votre futur bébé ne doit pourtant pas être négligé puisque dans la majorité des cas, il accompagnera votre enfant jusqu’à son entrée à l’école primaire si ce n’est plus !

A quoi sert un doudou ?

Même arrivé à l’âge adulte, on aime se rappeler avec nostalgie le doudou de notre enfance. Il était souvent horriblement sale et vous l’aviez affublé d’un surnom idiot. Il vous accompagnait dans votre sac à l’école maternelle pour la sieste de l’après midi, il veillait sur vous la nuit aux creux de vos bras et il vous suivait dans toutes vos aventures. Le doudou fait partie de ces points d’ancrages dans le développement de bébé et ne doit pas être négligé. Pour les spécialistes de la petite enfance, il s’agit d’un objet transitionnel qui fait pour l’enfant le lien entre le cocon familial et la vie extérieure. Plus de la moitié des jeunes enfants a un doudou, le plus souvent une peluche ou un bout de tissu qui assure un effet apaisant lorsque les parents ne sont pas là pour veiller sur l’enfant.

Image

Doudou or not doudou ?

Avoir un doudou n’est pas obligatoire. Même si la moitié des enfants ressentent le besoin d’appropriation de cet objet réconfortant, une partie des jeunes enfants arrivent très bien à vivre sans. Cela peut s’expliquer par la présence par exemple d’une fratrie plus âgée à la crèche ou à l’école qui agit alors comme le lien transitionnel entre le dedans et le dehors. Dans tout les cas, ne vous alarmez pas si votre enfant adopte ou non un doudou. Cela sera un de ses premiers choix en tant qu’individu et est totalement aléatoire. Un enfant accro à son doudou n’est pas non plus forcément un enfant angoissé !

Comment choisir le doudou ?

Même si le choix final revient à votre bébé, en tant que parent, il vous faudra lui proposer le choix de l’élu de son coeur. Choisissez toujours des peluches ou tissus résistants et lavables et bien sûr adaptés aux enfants en bas âge. Oubliez aussi les doudous tuning qui font du bruit ou avec plusieurs matières qui pourraient gêner l’endormissement du bébé en étant trop stimulants.

Une fois que LE doudou est élu, courez dans le magasin où vous l’avez acheter pour vous en procurer un double que vous garderez bien au chaud en cas de perte. Cela pourrait vous éviter bien des drames !

Les positions pour coucher bébé

25 Déc

Afin que bébé fasse de bonnes nuits, il est important de le coucher dans une bonne position. Plusieurs positions existent pour qu’il dorme confortablement dans son lit.  Petit tour d’horizon des positions pour coucher bébé.

Sur le dos

Source : bebesante.fr

La position de nuit la plus utilisée à l’heure actuelle reste la position sur le dos. Elle est en effet considérée comme la plus sécurisante pour bébé.

Ainsi, il n’est pas encombré et peut respirer sans difficulté. De plus, il ne peut pas se retourner où se trouver bloqué dans une mauvaise position. Enfin, il peut mieux réguler sa température.

Néanmoins, cette position entrainerait certains effets secondaires dénoncés par des chercheurs américains. La position sur le dos affecterait les capacités motrices de l’enfant, notamment les mouvements de tête. De plus, l’arrière de la tête se trouverait bien plus aplati (plagiocéphalie) à force de couchage sur le dos.

Sur le côté

Source : plurielles.fr

La position sur le côté est souvent recommandée, puisque c’est celle utilisée pour les premiers secours (position latérale de sécurité). Pour bébé, elle lui permet de pouvoir bouger un peu et de respirer correctement.

Cette position est pourtant un peu instable pour bébé car il n’est pas correctement calé. Il peut donc rapidement se trouver sur le ventre. D’après certains professionnels de la santé, cette position troublerait le système digestif de bébé, bien qu’aucune preuve ne soit apportée.

Sur le ventre

Source : famili.fr

Le couchage sur le ventre a été longtemps prôné dans les années 1950. Il est aujourd’hui utilisée par quelques parents.

Néanmoins, les spécialistes pédiatriques déconseillent de coucher bébé ainsi. Il y aurait en effet, plus de risque de mort subite du nourrisson, d’étouffement ou bien de mauvaise élimination de la chaleur.

Source : femina.fr

 Malgré quelques études et de nombreux débats, la position pour coucher bébé restera toujours controversée. Il est important de suivre les conseils donnés par votre médecin, mais vous seul savez ce qui est bon pour bébé. S’il ressent naturellement le besoin de se tourner de côté, laissez le faire.

Dormir avec bébé

15 Août

Revendiquée par les uns, cachée par les autres, la nuit avec bébé reste une pratique taboue mais néanmoins de plus en pratiquée. Elle fait d’ailleurs partie des pratiques utilisées dans le maternage intensif.

Les pratiques avant le co-dodo

Du temps de Zola dans ses livres, de nombreuses familles avaient recours à la chambre partagée par manque de place et d’argent. Parents et enfants se retrouvaient alors dans la même pièce pour dormir, manger, et passer du temps.

Peu à peu, la société a évolué pour permettre aux familles d’accéder à un rang social plus élevé. Les budgets et les espaces se sont agrandis pour permettre à chacun d’avoir sa chambre. Il était donc possible que chacun puisse jouir de son espace personnel, nécessaire à son développement.

Source : tapis-chic.com

Lorsque bébé vient au monde, la séparation durant la nuit est une étape difficile pour les parents. Manque, angoisse et envie de l’avoir contre soi comme durant les 9 mois, sont autant de raisons qui poussent les parents à garder bébé dans leur chambre. Au moins durant les premières semaines. Cette pratique a néanmoins élevé le débat chez de nombreux pédiatres qui estiment que dormir dans la même chambre que bébé pousse à la dépendance, de l’un comme de l’autre. D’autres diront qu’à l’inverse, cela entrainera un certain traumatisme.

Depuis peu, de plus en plus de familles pratiquent ce qu’on appelle le « co-dodo », ou co-sleeping en anglais. Une pratique visant à partager le lit parental avec les enfants, qu’importe leur âge. Le plus souvent, cela se fait dès leur naissance et jusqu’à ce que les parents en aient besoin.

Les raisons et points positifs évoqués

Le sommeil est toujours apaisé lorsque l’environnement est sécurisant. Entouré des siens, la nuit peut alors mieux se passer que lorsque les enfants sont dans leur chambre. La peur n’a pas sa place puisque dans un même lit sont réunies toutes les personnes importantes.

L’avantage d’un lit partagé est un repos important. Il n’est pas nécessaire de se lever plusieurs fois par nuit pour nourrir, redonner la sucette ou calmer un cauchemar. L’enfant n’aura qu’à se tourner pour sentir la présence de ses parents près de lui. Une situation rassurante qui permettra un meilleur sommeil.

Le fait de partager sa nuit avec ses enfants, créé un lien spécial, une proximité particulière. Comme si le lien parent-enfant ne s’éloignait jamais et se renforçait d’autant plus.

Se lever plusieurs fois par nuit pour allaiter ou donner le biberon à son enfant, n’est pas de tout repos. Si bébé dort près de vous, il aura l’avantage d’avoir sa tétée tout de suite, sans que vous ayez à vous lever. Vous pourrez même vous assoupir un peu pendant que bébé tète.

Avoir ses enfants près de soi permet de surveiller le sommeil. En tant que parent, on est toujours anxieux de savoir son enfant dans une autre pièce, n’importe quoi peut arriver. La mort subite du nourrisson notamment, créé une certaine angoisse chez les jeunes parents. Avoir ses enfants près de soi permet de limiter ses risques.

Outre ces points positifs mis en avant par les adeptes du co-dodo, cette pratique entrainerait tout de même certains risques, d’après les professionnels du secteur médical.

Les points négatifs relevés

A la première place des risques liés au co-dodo se trouve l’étouffement de l’enfant. Entouré de ses parents, il pourra être malencontreusement étouffé par un bras mal placé ou un oreiller de travers.

Le sommeil n’est pas forcément de tout repos puisqu’il faut veiller à faire attention à son enfant à chaque geste.

L’intimité du couple n’est plus préservée. Alors que toute la maison est envahie par les enfants, il est recommandé pour les parents d’avoir un espace à eux. Un espace dans lequel les enfants n’entrent pas afin de garantir leur intimité. Car au-delà du rôle de parent, aussi beau soit-il, les parents restent un couple avec des besoins physiques et psychologiques différents. Ils ont besoin de se retrouver à deux et de profiter l’un de l’autre.

Source : enceinte.com

Un choix personnel

La pratique du co-dodo relève d’un choix personnel. A vous de voir la façon dont vous souhaitez que votre enfant dorme. Cela doit, dans tous les cas, se faire en douceur. Car la nuit ne doit pas être un épisode stressant pour bébé puisqu’elle doit lui permettre de se reposer et d’emmagasiner toutes les choses apprises pendant la journée. Ecoutez votre instinct, vos envies, pensez à vos enfants et aussi à votre couple. Réfléchissez à votre façon de dormir (agitation, matelas mou, oreiller et couvertures) avant de prendre bébé avec vous. Il n’y a pas d’âge limite pour que bébé dorme avec vous, c’est vous qui savez jusqu’à quand vous le souhaitez avec vous. N’oubliez pas, tout de même, qu’il est important que chacun ait son espace.