Archive | Papa & Maman RSS feed for this section

Comment jouer avec bébé ?

2 Avr

Même si l’on a tendance à se dire que le jeu fait partie des moments de complicité qui viennent naturellement, parfois ces moments de détente peuvent devenir le fruit d’angoisses pour les jeunes parents. Aujourd’hui, penchons-nous donc sur les manières de jouer -et d’éveiller- les plus petits.

De l’importance du jeu

Tout d’abord, ayez en tête que le jeu n’est pas qu’un moment de détente et d’amusement. C’est un véritable lien qui vous aidera à vous connecter à votre bébé aussi bien pour renforcer vos liens parent/enfant que pour participer à son éveil et son développement. Dès la naissance, votre enfant sera prêt à jouer et à s’éveiller. Au contraire, le jeu ne doit pas prendre toute la place et doit être réservé à des moments bien spécifique. Il convient donc de trouver un juste milieu entre éveil et périodes de calme où l’enfant non stimulé pourra se reposer…et grandir !

Le jeu à la naissance

Lors des premières semaines de sa vie, votre enfant va développer ses 5 sens. Pendant longtemps, sa vue sera très floue. Vous pouvez donc stimuler celle-ci en lui présentant diverses formes et couleurs. Pour son audition, préférez des sons doux comme le son de votre voix ! Parlez à votre bébé, chantez-lui des comptines. Les autres sens sont aussi très importants et vous pourrez inclure en douceur le jeu dans les moments de la vie quotidienne. Par exemple, masser régulièrement votre bébé développera son toucher tandis que le fait de le balancer doucement dans vos bras, lui permettra d’appréhender son corps dans l’espace.

Play time with Daddy

A partir de 3 mois

Votre enfant va commencer à prendre petit à petit son indépendance notamment en se tenant sur ses avant bras ou en relevant la tête de lui même. Les jouets entrent alors en ligne de compte. Il sera temps pour lui d’attraper les objets pour les porter à sa bouche (rappelez vous, la vue du bébé met plusieurs mois à se développer totalement) ou encore de profiter des joies du tapis d’éveil. Choisissez le bien sûr en accord avec les normes de sécurité et optez pour des tapis réunissant diverses formes, couleurs et matières pour une stimulation multiple.

Après 6 mois

Une fois qu’il aura passé le cap des 6 mois, votre enfant va se mettre à explorer ses capacités physiques à travers l’espace. Il va commencer à se tenir droit et à ramper pour finalement marcher à quatre pattes. C’est le moment pour vous de préparer son environnement afin qu’il puisse évoluer en toute sécurité. Déblayez l’espace et laissez toujours à sa portée divers jouets légers qu’il pourra transporter. Vous pouvez aussi continuer à l’aider à développer son ouïe en adoptant diverses voix et en lui lisant des histoires adaptées à son jeune âge.

 

Dans tout les cas, gardez à l’esprit que plus que des moments de jeux, le fait d’amuser votre enfant l’aide dans son développement physique et cognitif. Si vous avez d’autres enfants, le jeu est aussi un excellent moyen de tisser les liens entre frères et sœurs !

Quand bébé 2 arrive et que tout est chamboulé !

7 Mar

Vous avez eu un premier enfant il y a quelques années. Aujourd’hui bébé 2 est dans les rangs et devrait arriver dans quelques mois. Soucis : vous ne savez pas comment gérer l’arrivée de ce nouveau bébé afin de ne pas perturber votre aîné. Voici quelques conseils et astuces qui devraient vous permettre de vivre votre seconde grossesse plus sereinement.

Two inquisitive kids .  People attending Rouvaishyana  and Fayll

Avant et pendant la grossesse :

  • Si il s’agit d’une grossesse préparée et attendue, dès le début de vos essais et si votre aîné est en âge de comprendre ( à partir de 2.3 ans), parlez lui de ce que vous vivez en ce moment. Évoquez avec lui votre souhait de lui donner un petit frère ou une petite sœur avec qui il pourra jouer et s’amuser. Insistez surtout sur le fait que ce nouveau bébé ne modifiera pas votre amour pour lui. Dites lui par exemple que « Maman et Papa ont un très grand cœur qui est assez grand pour vous aimer tous les deux ». Le jeune enfant aura surtout peur de l’abandon, il convient donc le rassurer sur le fait que ce nouveau bébé ne changera en rien votre amour pour lui ou le temps que vous lui accordez.
  • Une fois que vous êtes enceinte, attendez un peu avant de révéler votre grossesse à votre aîné. Malheureusement durant les premières semaines, nous ne sommes jamais à l’abri d’un incident, et il vaut mieux donc respecter un temps d’attente équivalent à la première échographie pour annoncer à votre enfant qu’il va avoir un petit frère ou une petite sœur.
  • Lors de cette annonce, renouvelez votre discours rassurant et surtout demandez à votre enfant si il a des questions. L’aîné doit se sentir rassuré et comprendre ce qu’il lui arrive. Même si ces questions pourront vous paraître parfois incongrues, répondez y très sérieusement.
  • Si vous remarquez que votre enfant « régresse » pendant votre grossesse en adoptant un comportement s’apparentant à celui d’un nourrisson ( reprise de la tétine, du biberon,…) , ne vous inquiétez pas et laissez faire dans la limite du raisonnable. Cette période de régression est essentielle  et indique que votre enfant se prépare à l’arrivée du nouveau bébé.
  • Conviez le à la préparation de la venue du bébé en l’impliquant par exemple dans la mise en place de la chambre : faites lui choisir certains éléments de décoration ou certains jouets.

Après la grossesse :

  • N’attendez pas trop avant de présenter votre nouveau né à votre premier enfant. Faites le venir à la maternité aussi vite que possible (et dans une dimension raisonnable) après l’accouchement. Présentez lui l’enfant comme étant sa petite sœur ou son petit frère avec qui il pourra jouer dans quelques temps.
  • Durant la période charnière des premières semaines du bébé, votre aîné devra se sentir rassuré. Aménagez du temps pour lui en essayant de vous dégager du temps pour une activité privilégiée pendant les nombreuses siestes de votre bébé par exemple !
  • Maintenant que bébé 2 est là, l’aîné risque de montrer certains signes de jalousie. Ici veillez à ne pas réagir trop fortement en essayant de la protéger. Il vous faut donc affronter le conflit en lui renouvelant votre réconfort mais ne cherchez surtout pas à l’éviter en tentant de « cacher » certains moments de tendresse entre vous et votre nouveau né.
  • N’hésitez pas à impliquer votre aîné dans les gestes de la vie quotidienne comme le bain ou le biberon si ce dernier est en âge de le faire. Les liens entre vos deux enfants se verront renforcés et votre aîné comprendra aussi l’importance de ces gestes pour le bien être de son petit frère ou de sa petite sœur. Et s’il est suffisamment grand, pourquoi ne pas l’impliquer dans le choix du faire part naissance ? Il existe en effet des faire part naissance Frères et Soeurs.

Le congé d’adoption

1 Jan

Pour les couples désireux d’accueillir un enfant chez eux, un congé d’adoption est possible. De la même façon qu’un congé parental après accouchement, il permet de prendre le temps d’accueillir l’enfant.

Toute personne s’étant vu confier un enfant par les services de l’Aide Sociale à l’Enfance a le droit de bénéficier d’un congé d’adoption. Contrairement au congé parental, le bénéficiaire d’un congé d’adoption n’est pas obligé d’avoir un minimum d’ancienneté dans son entreprise.

Source : lanutrition.fr

Le congé d’adoption peut prendre effet 7 jours avant l’arrivée de l’enfant.

La durée du congé d’adoption varie selon le nombre d’enfant au foyer. Au minimum et pour un enfant, la durée du congé est de 10 semaines. Si l’adoption d’un enfant supplémentaire au foyer porte à 3 le nombre d’enfants au foyer, le congé sera de 18 semaines. Enfin, si l’adoption est multiple, le congé d’adoption durera 22 semaines.

Durant le congé d’adoption, le contrat de travail est suspendu. Par conséquent, le salarié ne percevra aucun salaire. Néanmoins durant ce congé, le salarié bénéficie de certaines garanties : protection contre le licenciement, droit aux congés payés…

A la fin du congé d’adoption, le salarié reprend le poste qu’il avait avant le congé.

Grâce à ce congé d’adoption, les parents pourront accueillir sereinement un nouvel enfant au sein de leur foyer. Pour plus d’informations, consultez le site ameli.

Allaiter des jumeaux

7 Déc

Pour une jeune maman, allaiter des jumeaux peut paraître effrayant. Avoir des jumeaux, c’est deux fois plus de bonheur, mais également deux fois plus d’organisation ! Pour que le moment de l’allaitement se passe au mieux pour les enfants comme pour la maman, voici quelques conseils.

Allaiter en même temps

Lorsqu’un bébé réclame sa tétée, il est tout à fait possible de la lui donner. Lorsqu’il y a deux bébés, les nourrir à la demande deviendra vite épuisant. Afin de ne pas fatiguer la maman, il est préférable d’allaiter les jumeaux en même temps. De plus, si l’un d’entre eux a quelques difficultés pour téter, l’autre l’aidera en tétant, ce qui déclenchera l’arrivée du lait.

Les installer confortablement

Placer deux bébés en même temps pour allaiter semble parfois irréalisable. Pourtant, si vous les habituer dès la naissance à être deux à la tétée, ils se placeront sans difficulté. Au départ, c’est un peu acrobatique mais vous trouverez rapidement la position idéale.

Source : allaitement-jumeaux.com

Source : infor-allaitement.be

S’installer confortablement

Si les bébés doivent être bien installés, c’est aussi le cas pour la maman. Tous les mouvements et le poids des enfants seront multipliés par deux. Un siège confortable, des coussins d’allaitement et quelques séances de kinésithérapie pour prévenir les maux de dos et de bras, lui permettront de bien vivre l’allaitement.

Éviter d’alterner sein/biberon

En ayant des jumeaux, les parents seraient tentés d’en mettre un au biberon et l’autre au sein, afin d’être plus à l’aise. Mais cela est une erreur. En alternant de la sorte à chaque repas, vous risquez de déstabiliser bébé. Il ne saura plus téter correctement le sein ou le biberon et devra s’adapter à chaque changement. Mieux vaut choisir une technique dès le début et s’y tenir, ou bien passer progressivement du sein au biberon pour les deux en même temps.

Faites vous accompagner

Par votre compagnon, une aide à domicile ou bien un groupe de jeunes mamans, être accompagnée est essentiel. L’arrivée d’un enfant est une situation bouleversante, mais deux l’est encore plus. Ainsi, ne craignez pas de demander de l’aide autour de vous pour des gestes quotidien mais aussi pour des conseils.

Passer un bon allaitement !

Les maux de l’allaitement

24 Nov

Allaiter est un geste naturel réalisé par de nombreuses mamans aujourd’hui. Plein de bienfaits pour l’enfant, l’allaitement peut néanmoins entraîner certains maux pour la maman.

Les crevasses

Les mamelons sont douloureux et peuvent laisser apparaître des lésions cutanées rouges. Le début de la tétée est souvent douloureux.

Les crevasses proviennent souvent de la mauvaise position du bébé, à une macération des mamelons dans les coussinets d’allaitement ou bien à une hygiène trop stricte.

Une mauvaise position du bébé ne lui permet pas de prendre l’aérole en entier, ni d’être correctement en face. Du coup il peut mordiller ou tordre le téton.

En portant des coussinets d’allaitement, le sein peut étouffer un peu et les mamelons s’enflammer. Pour éviter cela, changer les coussinets fréquemment et n’hésitez pas à mettre un peu de lait sur le mamelon à la fin d’une tétée, cela cicatrisera mieux.

Une hygiène trop stricte tue les défenses naturelles et abime un peu les seins. Il est inutile de laver votre sein après chaque tétée.

L’engorgement

Les seins augmentent de volume et deviennent durs et douloureux. La peau est tendue, rouge, et un œdème peut apparaître. Bébé peut avoir des difficultés à téter. Pour éviter cela, prenez des douches chaudes, porter de larges soutien-gorge et placez des glaçons sous le sein durant 20 minutes après la tétée afin de réduire l’œdème.

Le muguet

Le sein est rouge, douloureux et dépose des traces blanches dans la bouche du bébé. Afin d’éviter que cette mycose se propage, il faut soigner maman et bébé à l’aide d’un colorant. Il s’agit du violet de gentiane qui neutralisera la mycose. Si cela n’est pas suffisant, il faut appliquer un antimycosique avant chaque tétée.

L’abcès

Fièvre, douleurs aux seins et aux bras, pus provenant du mamelon sont les symptômes d’un abcès au sein. Les germes provenant du pus sont mauvais pour l’enfant, il faut donc ne pas l’allaiter avec ce sein. Afin de poursuivre la production de lait et favoriser la guérison, continuez à tirer le lait.

D’autres maux peuvent apparaître mais sont plus rares. Le canal lactifère bouché, la surproduction de lait, mastite, manque de lait…

Veillez à l’évolution de vos seins et aux réactions de votre bébé pour voir s’il y a un problème.

Le congé paternité

11 Sep

Disponible depuis janvier 2002, le congé de paternité permet aux jeunes papas de profiter pleinement de leur enfant.

Depuis des années, le code du travail accordait aux jeunes papas 3 jours d’absence pour la naissance de leur enfant. Mais à cela s’ajoute désormais le congé paternité.

Source : Flickr

Pour qui ?

Tous les salariés, quelque soit le contrat, peuvent bénéficier du congé paternité. De même, la situation familiale (mariage, PACS, union simple, divorce, séparation) ou bien encore le lieu de naissance de l’enfant n’influencent pas le droit au congé paternité.

Les parents ayant recours à l’adoption bénéficient également de ce droit. Ils peuvent au préalable bénéficier du congé d’adoption de 10 semaines, auquel s’ajoute les jours du congé paternité.

Modalités

Pour la naissance d’un enfant, papa peut prendre jusqu’à 11 jours de congé paternité.  S’il s’agit d’une naissance multiple, 18 jours sont possibles.

Le congé de paternité peut être pris soit juste après les 3 jours du congé de naissance, soit plus tard. Mais il faut les prendre dans les 4 mois suivant la naissance de l’enfant

Pour pouvoir en bénéficier, vous devez informer votre employeur par lettre recommandée avec avis de réception.il devra la recevoir au maximum 1 mois avant le début de votre congé de paternité. Et en aucun cas il ne peut vous le refuser.

Vous devez également effectuer des formalités auprès de votre Caisse d’Assurance Maladie. Munissez-vous de copie de l’acte de naissance, du livret de famille ou bien de l’acte de reconnaissance. Tout document officiel qui prouve la naissance de votre enfant et justifie vos droits.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site ameli.fr

Baby blues : le papa aussi !

4 Août

Précédemment, nous avions déjà abordé le baby-blues de la maman. En effet, il s’agit le plus souvent d’un phénomène que l’on rattache volontiers à la maman. Mais depuis quelques années, des spécialistes ont remarqué que ce phénomène pouvait également avoir lieu chez le papa.

Ils seraient près de 4% chaque année à ressentir ce mal-être dès la naissance de leur bout de chou. Entre le 3ème et le 10ème jour suivant l’accouchement, le papa se sent parfois dépassé…

Les symptômes

Source : famili.fr

Le papa victime d’un baby-blues ressentira un stress important et inhabituel. Il pourra s’énerver facilement et pour pas grand-chose, il sera fatigué voire insomniaque, il fera preuve d’impatience, perdra l’appétit, sourira moins et pleurera plus…il s’agacera des bruits et pleurs du bébé dont il n’a pas l’habitude. Il sera en proie aux doutes et manquera de confiance en lui.

 

Les raisons

L’image du père restera, malgré des nuances, celle du nourricier qui subvient aux besoins de la famille. La pression est assez forte même si l’on tend peu à peu à supprimer cette image bien ancrée dans les mœurs. Néanmoins, le père assure la tenue financière du foyer pendant que la maman est en congé maternité. Quand bébé est né, elle prolonge son congé maternité de plusieurs mois pendant que papa est au travail.

La peur de ne pas y arriver est présente chez tous les jeunes parents. Certains sont néanmoins dotés de davantage de confiance en eux. Certains futurs papas craignent de ne pas savoir éduquer correctement leur enfant ni d’être exemplaire.

Source : Google Images

Aussi, la responsabilité d’être parent est énorme. Pour toute la vie il sera le père d’un enfant. Une idée simple mais qui induit pourtant de nombreux bouleversements.

La vie à deux était faite de repères et d’habitudes. Désormais, un petit être vient tout chambouler ! Au-delà de la préparation mentale effectuée, le quotidien est parfois loin des idées faites. Il faut donc faire preuve d’une grande adaptation pour régler sa vie sur celle d’un bout de chou, car l’inverse ne se produira pas durant les premiers mois de vie.

Comment soigner ?

Pour éliminer les symptômes du baby blues du papa, la première solution est la communication ! Bien que nos hommes n’aient pas l’habitude de parler quand ils ne vont pas bien, il faudra pourtant le faire. Pour eux, demander de l’aide est un manque de virilité, qualité tant recherchée. A votre compagne, vos parents, vos amis ou votre médecin, l’important est d’en faire part sans en avoir honte. De nombreux papa passent par cette étape et il est tout à fait normal de perdre les pédales.

Source : infosbebes.com

Ensuite, jetez vous dans l’arène et occupez vous de votre enfant. La meilleure façon de dissiper les doutes est d’y faire face. Si vous craignez de mal faire, sachez vous entourer pour apprendre progressivement à vous occuper de votre enfant.

Enfin, n’arrêtez pas totalement les activités que vous pratiquiez avant l’arrivée de bébé. en intégrant bébé et vos activité à votre vie, vous accepterez plus facilement le nouveau rôle qui vous est attribué.

 Bien que le sujet puisse faire sourire tant il reste encore peu connu, il ne faut pas négliger cette étape. Le Baby-blues du papa peut conduire à un véritable mal-être, et à long terme.