Archive | Sécurité RSS feed for this section

Quel siège auto pour bébé ?

15 Déc

Afin de transporter bébé de la maison à la crèche, de chez les grands-parents à chez le pédiatre, du supermarché à la maison…il faut un siège auto adapté. En fonction de son âge, son niveau de confort et de sécurité ne sera pas le même. Petit tour d’horizon des types de sièges auto par âge pour bébé.

Pour les nouveau-nés

Lit-Nacelle – Jané – Transporter 2 (4/5 étoiles au crash-test Autoplus – juillet 2012)

De la naissance jusqu’à 9 mois environs, bébé va peser jusqu’à 10 kg. Pour voyager dans un siège adapté à sa morphologie, il peut utiliser un lit-nacelle ou un siège dos à la route.

Le lit-nacelle lui permet de voyager totalement allongé tout en étant maintenu avec la ceinture de sécurité. De plus, cette position totalement allongée permet d’assurer la bonne croissance de la colonne vertébrale et du cou.

Le siège dos à la route est aussi appelé ‘œuf’. Il peut être placé à l’arrière mais également à l’avant, à condition de désactiver l’airbag en prévention d’un choc. Être dos à la route lui assure une grande sécurité car dans cette position, l’impact sur son corps est limité. En effet, ses os sont encore trop fragiles pour résister de face à un choc, mieux vaut donc l’installer dos à la route.

Siège auto – Cybex – Juno Fix (8,2/10 de sécurité au crash test Autoplus de Juillet 2012)

De 9 mois à 3 ans

Pendant cette période, bébé atteindra un poids de 18 kg.

Pour voyager en toute sécurité, vous pourrez installer bébé dans une coque rigide ou bien dans un siège auto adapté. Le siège sera fixé avec une ceinture de sécurité. Bébé sera attaché avec cinq sangles passant sur ses épaules, le haut de ses cuisses et entre ses jambes.

Siège auto – Bébé Confort – Rodifix (7/10 de sécurité au crash test Autoplus de juillet 2012)

De 3 ans à 9 ans

Maintenant que bébé a dépassé les 15 kg, il peut largement voyager dans un rehausseur  Il utilisera donc désormais la ceinture de la voiture pour se maintenir.

Il existe deux types de rehausseur. Le rehausseur a dosseret maintien correctement le buste de l’enfant, et est adapté jusqu’à ses 7 ans. Le rehausseur sans dosseret est fait d’accoudoirs et est adapté pour un enfant dont la ceinture arrive correctement sur l’épaule et pas sur son cou.

Lorsqu’il aura dépassé les 1,35 m, l’enfant pourra s’attacher directement avec la ceinture de sécurité, sans autre siège auto.

 

Ne lésinez surtout pas sur la qualité du siège auto. Même si vous êtes tentés de payer moins cher, la sécurité d’un bébé est importante. Choisissez un siège homologué, comprenant les normes européennes et françaises de sécurité. Le crash-test réalisé par le Magazine auto-plus du 2 juillet 2012 (N°1243) , a mis en avant 30 modèles de marques différentes. Les critères retenus étaient la sécurité, l’usage, le prix et la présence de substances nocives. Il faut savoir que les moins chers ne sont pas forcément les meilleurs…Renseignez-vous donc avant de faire un achat de ce type…

Les différents modes de garde : avantages et inconvénients

9 Nov

Quelques mois avant et après la naissance, vous vous êtes occupés de bébé. Désormais, vous devez reprendre le travail et ne plus voir bébé toute la journée. Mais à qui confier son bébé ? Comment avoir confiance ? Quel mode de garde choisir ? Tour d’horizon des modes de garde qui existent aujourd’hui.

L’accueil collectif 

Une des structures les plus connues aujourd’hui reste l’accueil collectif. Ce mode de garde rassemble les pouponnières, crèches, micro-crèches, halte-garderie et jardin d’enfants. Chacun d’eux est adapté à l’âge de l’enfant.

Ce mode de garde permet aux enfants de se sociabiliser et d’apprendre rapidement à être en groupe, entourés d’autres enfants. Aussi, l’enfant sera encadré par une équipe de professionnels, et évoluera dans une structure totalement adaptée. Néanmoins, les places sont chères, tant en termes de disponibilité (il faudrait presque s’y prendre avant d’être enceinte !) que de tarifs ! De plus, les horaires de travail doivent correspondre à ceux de la structure, ce qui n’est pas toujours simple.

Source : 9mois-emoi.com

L’Assistante maternelle

Plus communément appelé « nounou » ou « Baby-Sitter », l’assistante maternelle est un mode de garde apprécié des parents. Afin de recevoir des enfants chez elle, elle devra posséder un agrément délivré par le conseil général.

La garde de l’enfant chez une assistante maternelle recense plusieurs avantages. Tout d’abord, ces professionnelles sont nombreuses, il est donc plus facile de trouver une place disponible pour son enfant, et pas trop loin du domicile. De plus, les tarifs ne sont pas aussi excessifs qu’en accueil collectif. Enfin, la ‘nounou’ peut être plus flexible qu’une structure collective. Les parents peuvent se mettre d’accord avec elle au niveau des horaires, en cas d’empêchement, etc. L’inconvénient principal de l’assistante maternelle est de trouver la bonne personne. Les parents craignent parfois de laisser leur enfant à une inconnue, dans une maison qu’ils ne connaissent pas. De plus, il est nécessaire de réaliser une sorte de ‘casting’ afin de voir si le feeling passe entre parents/nounou et enfant/nounou.

Source : google Images

La garde à votre domicile

En développement depuis quelques années, la garde à domicile est un mode de garde qui plait aux parents. Le principe est simple : ce n’est pas bébé qui bouge, mais la nounou. Elle vient directement à votre domicile.

L’avantage est que tout se passe chez vous. L’enfant est entouré de tout ce dont il a besoin, dans un environnement qu’il connait. Mais cela peut aussi être un inconvénient majeur. L’enfant risque d’être trop habitué à rester chez lui. Or, il est bon de prendre l’air. Car qu’en sera-t-il au moment d’aller à l’école, s’il n’a jamais été habitué à un autre lieu que sa propre maison ?

Source : parents-employeurs-zen.com

Ainsi, dès que bébé s’installe dans votre ventre, commencez à penser aux modes de garde. Il est souvent nécessaire de constituer un dossier assez tôt, notamment si vous souhaitez une place en accueil collectif. Pour les autres modes de garde, cela vous laissera du temps pour trouver la personne qui gardera bébé.

Protéger bébé du froid

28 Sep

La saison froide arrive à grands pas et il faut protéger bébé. Trop petit pour exprimer ce qu’il ressent, bébé ne se rendra pas forcément compte que sa température refroidie. Il faut donc que vous le surveilliez régulièrement pour éviter les baisses de températures.

Les bons gestes

Source : Google Images

Pour commencez, n’hésitez pas à le couvrir de vêtements. Mieux vaut même superposer des vêtements plutôt que de choisir une combinaison. Car même si celle-ci est épaisse, elle n’est que d’une seule couche. Tandis que plusieurs vêtements créent plusieurs couches d’isolation pour bébé, ce qui le protège du froid.

Ensuite, veillez à protéger les extrémités : mains, pieds et tête. Chaussettes et chaussures chaudes pour les pieds sont indispensables. Des moufles aux mains pour qu’il puisse bouger ses doigts à l’intérieur. Un bonnet bien chaud qui ne bouge pas et qui descend jusqu’aux oreilles, et une écharpe pour masquer une partie du visage. Des accessoires indispensables pour que bébé passe l’hiver en toute tranquillité

Puis, même si les températures sont basses, bébé a besoin d’être hydraté ! N’hésitez donc à lui donner régulièrement à boire même s’il ne réclame pas. Hydratez aussi sa peau avec une bonne crème adaptée. Cela évitera que sa peau fragile se dessèche.

Aussi, évitez toute sortie qui n’est pas nécessaire en cas de grand froid. En effet, quand les températures sont froides mais supportables, il ne faut pas rester dehors trop longtemps. Mais si le thermomètre est en dessous de zéro, repousser ou annuler la sortie. Bébé reste fragile et mieux vaut éviter de prendre des risques inutilement. Demander à un proche de vous rendre service et restez au chaud avec bébé.

Les symptômes d’hypothermie

Malgré tout cela, bébé peut subir le froid. L’hypothermie est dangereuse pour un bébé ou enfant, alors surveillez le !

S’il est de plus en plus mou, qu’il perd l’appétit, et que sa peau blanchit, contactez un médecin et gardez le au chaud près de vous.

Adoptez les bons gestes pour protéger votre bébé du froid de l’hiver ! Mais n’oubliez pas, le meilleur remède contre le froid reste l’amour, il qui réchauffe les cœurs !

Dormir avec bébé

15 Août

Revendiquée par les uns, cachée par les autres, la nuit avec bébé reste une pratique taboue mais néanmoins de plus en pratiquée. Elle fait d’ailleurs partie des pratiques utilisées dans le maternage intensif.

Les pratiques avant le co-dodo

Du temps de Zola dans ses livres, de nombreuses familles avaient recours à la chambre partagée par manque de place et d’argent. Parents et enfants se retrouvaient alors dans la même pièce pour dormir, manger, et passer du temps.

Peu à peu, la société a évolué pour permettre aux familles d’accéder à un rang social plus élevé. Les budgets et les espaces se sont agrandis pour permettre à chacun d’avoir sa chambre. Il était donc possible que chacun puisse jouir de son espace personnel, nécessaire à son développement.

Source : tapis-chic.com

Lorsque bébé vient au monde, la séparation durant la nuit est une étape difficile pour les parents. Manque, angoisse et envie de l’avoir contre soi comme durant les 9 mois, sont autant de raisons qui poussent les parents à garder bébé dans leur chambre. Au moins durant les premières semaines. Cette pratique a néanmoins élevé le débat chez de nombreux pédiatres qui estiment que dormir dans la même chambre que bébé pousse à la dépendance, de l’un comme de l’autre. D’autres diront qu’à l’inverse, cela entrainera un certain traumatisme.

Depuis peu, de plus en plus de familles pratiquent ce qu’on appelle le « co-dodo », ou co-sleeping en anglais. Une pratique visant à partager le lit parental avec les enfants, qu’importe leur âge. Le plus souvent, cela se fait dès leur naissance et jusqu’à ce que les parents en aient besoin.

Les raisons et points positifs évoqués

Le sommeil est toujours apaisé lorsque l’environnement est sécurisant. Entouré des siens, la nuit peut alors mieux se passer que lorsque les enfants sont dans leur chambre. La peur n’a pas sa place puisque dans un même lit sont réunies toutes les personnes importantes.

L’avantage d’un lit partagé est un repos important. Il n’est pas nécessaire de se lever plusieurs fois par nuit pour nourrir, redonner la sucette ou calmer un cauchemar. L’enfant n’aura qu’à se tourner pour sentir la présence de ses parents près de lui. Une situation rassurante qui permettra un meilleur sommeil.

Le fait de partager sa nuit avec ses enfants, créé un lien spécial, une proximité particulière. Comme si le lien parent-enfant ne s’éloignait jamais et se renforçait d’autant plus.

Se lever plusieurs fois par nuit pour allaiter ou donner le biberon à son enfant, n’est pas de tout repos. Si bébé dort près de vous, il aura l’avantage d’avoir sa tétée tout de suite, sans que vous ayez à vous lever. Vous pourrez même vous assoupir un peu pendant que bébé tète.

Avoir ses enfants près de soi permet de surveiller le sommeil. En tant que parent, on est toujours anxieux de savoir son enfant dans une autre pièce, n’importe quoi peut arriver. La mort subite du nourrisson notamment, créé une certaine angoisse chez les jeunes parents. Avoir ses enfants près de soi permet de limiter ses risques.

Outre ces points positifs mis en avant par les adeptes du co-dodo, cette pratique entrainerait tout de même certains risques, d’après les professionnels du secteur médical.

Les points négatifs relevés

A la première place des risques liés au co-dodo se trouve l’étouffement de l’enfant. Entouré de ses parents, il pourra être malencontreusement étouffé par un bras mal placé ou un oreiller de travers.

Le sommeil n’est pas forcément de tout repos puisqu’il faut veiller à faire attention à son enfant à chaque geste.

L’intimité du couple n’est plus préservée. Alors que toute la maison est envahie par les enfants, il est recommandé pour les parents d’avoir un espace à eux. Un espace dans lequel les enfants n’entrent pas afin de garantir leur intimité. Car au-delà du rôle de parent, aussi beau soit-il, les parents restent un couple avec des besoins physiques et psychologiques différents. Ils ont besoin de se retrouver à deux et de profiter l’un de l’autre.

Source : enceinte.com

Un choix personnel

La pratique du co-dodo relève d’un choix personnel. A vous de voir la façon dont vous souhaitez que votre enfant dorme. Cela doit, dans tous les cas, se faire en douceur. Car la nuit ne doit pas être un épisode stressant pour bébé puisqu’elle doit lui permettre de se reposer et d’emmagasiner toutes les choses apprises pendant la journée. Ecoutez votre instinct, vos envies, pensez à vos enfants et aussi à votre couple. Réfléchissez à votre façon de dormir (agitation, matelas mou, oreiller et couvertures) avant de prendre bébé avec vous. Il n’y a pas d’âge limite pour que bébé dorme avec vous, c’est vous qui savez jusqu’à quand vous le souhaitez avec vous. N’oubliez pas, tout de même, qu’il est important que chacun ait son espace.

Bébé & animaux : la cohabitation

2 Juil

Avant d’être parents, de nombreux couples passent par la case « animaux de compagnie ». Le chien et le chat sont les animaux domestiques les plus présents dans nos familles françaises. Mais quand bébé débarque dans la famille, il arrive que la cohabitation soit délicate. Tour d’horizon des comportements à adopter pour que bébé et vos animaux s’entendent à merveille !

Dans un premier temps, montrez à bébé et à l’animal que chacun mérite sa place dans la maison. Les rôles doivent être clairement définis afin qu’aucun des deux ne ressente de jalousie à l’égard de l’autre et n’engendre de mauvais comportements.

N’hésitez pas à faire renifler les vêtements du bébé à votre animal, il s’habituera ainsi à l’odeur de bébé et ne le considérera pas comme un étranger. Il apprivoisera en douceur la présence de bébé et cela évitera au mieux des comportements inappropriés.

Ensuite, ne laissez jamais l’animal et le bébé ensemble, sans surveillance. Même l’animal le plus gentil pourra avoir de vives réactions face à un geste maladroit du bébé. Mieux vaut être préventif et les éloigner, au moins le temps de votre absence.

Source : Flickr – Presidio of Monterey

Puis, interdisez à votre animal de se rendre dans la chambre de bébé. Il s’agit d’un territoire protégé qui ne doit pas être autorisé à l’animal. Sinon, il risque de prendre l’habitude d’y aller sans que vous ne puissiez le voir.

Expliquez à bébé qu’il ne faut pas embêter l’animal ni le toucher n’importe comment. Il faut absolument qu’il évite de tirer la queue, de le porter dans tous les sens, de lui tirer les oreilles ou bien encore de lui chatouiller la gueule. Pour éviter cela, montrer lui les caresses que votre animal préfère ou déteste afin d’être sûr que bébé ne tente pas de mauvais gestes. Préparez vous à le lui montrer plusieurs fois car bébé est petit et ne comprendra peut-être pas tout de suite ce qu’il faut faire.

Ne rejetez pas votre animal sous prétexte que bébé arrive dans votre maison. La relation avec un animal est en général très bénéfique pour l’enfant, tant que les règles de sécurité sont respectées. Certains chercheurs disent même que le comportement et la personnalité de l’enfant sont meilleurs en société lorsqu’il a vécu avec un animal. Câlins et jeux ne résument pas uniquement la relation entre l’animal et l’enfant. Il sera un très bon moyen pour aider l’enfant à se responsabiliser et à grandir. Puisqu’il s’agira d’un autre être que lui, il aura pour mission d’en prendre soin et de lui prodiguer quelques attentions : donner à manger, laver, brosser les dents (selon l’animal !)…Une façon de lui faire prendre conscience, en douceur, de l’importance de s’occuper d’un plus petit que soi.

Source : Flickr – Mikeslivovitz

Libre à vous d’imposer des règles de sécurité au sein de votre foyer. Et même si votre animal est le plus gentil du monde, n’oubliez pas qu’il reste animal et que des réactions imprévues et dangereuses peuvent avoir lieu. Soyez donc vigilent lorsque vous faites cohabiter bébé et votre animal de compagnie. Ainsi, tout se passera à merveille !

Pourquoi et comment sécuriser la maison ?

25 Juin

Maintenant que bébé est venu au monde, tout ce qui se trouve dans la maison peut être un danger potentiel.  Du moment qu’il ne marche pas, c’est un peu moins risqué mais attention à ne pas négliger son environnement. Petit tour d’horizon des choses à mettre en place pour protéger bébé !

Source : Google images

Les prises électriques

L’électricité est un danger, pour bébé comme pour les adultes. Sauf que vous, vous êtes assez grand et savez qu’il ne faut ni y mettre des doigts mouillés, ni une paire de ciseaux. Bébé lui, ne voit pas ça de la même façon et trouverait même ça rigolo de toucher cette prise avec ces petits trous.

L’accessoire à mettre en place est un cache-prise. L’intérêt réside dans le fait que bébé ne sera pas attiré par la prise puisqu’elle sera protégée et ressemblera à un carré blanc tout simple. De plus, il y a peu de chance qu’il sache la retirer tout seul.

Les coins des meubles et des murs

Bébé essaye d’avancer dans l’espace sans trop savoir ce qui est dangereux ou non. Manquant d’équilibre et d’orientation, il arrivera bien souvent qu’il se prenne les coins des meubles ou les arrêtes des murs. Il est important d’y mettre des morceaux de mousse pour alléger les bobos en cas de chute.

 Les placards et les portes

Les doigts de bébés sont si petits qu’ils se glissent partout. Et même là où il ne faudrait pas. Pour les portes et les placards, pensez à installer des bloque-placards et amortisseurs de porte afin de ralentir la vitesse de fermeture et surtout, amortir le choc.

 Les escaliers

Si bébé maitrise mal la marche et l’équilibre, l’escalier représente un des plus grands dangers dans la maison. S’il ne s’agrippe pas correctement à la rambarde ou bien tout simplement qu’il est trop petit, il risque de tomber et la chute dans l’escalier peut être fatale…Prévoyez donc une barrière de sécurité, en haut et en bas afin d’être sûr qu’il n’atteigne pas les marches de l’escalier.

 La poubelle et ses déchets

On jette souvent des objets sans se rendre compte que la dangerosité de ceux-ci pour un enfant. Au lieu de garder ces objets pour éliminer le risque, préférez l’éloignement de la poubelle ! Si bébé n’y a pas accès, il n’y mettra pas les mains. On évite ainsi bobo et microbes !

 Accessoires de bureau

Trombones agrafeuses et punaises sont à cacher dans un tiroir sécurisé. Ces objets coupants ou pointus sont dangereux pour bébé qui ne saura pas s’en servir. Préférez un tiroir fermé à clé pour éviter que votre enfant curieux n’aille jeter un coup d’œil et veuille essayer.

 Les risques d’incendie

En France, les chiffres des incendies domestiques sont importants. D’autant plus qu’un quart d’entre eux sont allumés par des enfants. Gardez donc à l’abri tous les briquets et allumettes susceptibles d’atterrir dans les mains de vos bambins.

Les bougies d’intérieur devront être correctement éteintes, surtout quand bébé se trouve dans la pièce. Car s’il voit la flamme, il pourra être attiré, faire tomber la bougie et entrainer un incendie.

Les fenêtres

Tellement propres qu’elles peuvent parfois encourager bébé à s’y cogner. Pour l’éviter, vous pouvez y mettre des autocollants. Mettez également des bloque-fenêtres afin qu’elles ne s’ouvrent pas de plus de 10 cm par exemple. Et ne laissez pas des meubles ou des chaises à proximité afin de ne pas tenter bébé d’y monter pour approcher la fenêtre.

La maison entière représente un risque pour bébé et d’autres accidents peuvent encore survenir. Si pour vous tout semble normal après avoir appliqué ces conseils pour protéger votre enfant, soyez attentifs. La moindre chose peut se révéler dangereuse pour bébé. Ranger tout ce qui peut attirer bébé et entrainer des catastrophes. Soyez très vigilent !